samed 07
13:30

Calais et ailleurs : Jour de solidarité avec les personnes en rétention

samedi 7 mai 2016 à 13h30

Calais et ailleurs : Jour de solidarité avec les personnes en rétention

Calais et ailleurs : Jour de solidarité avec les personnes en rétention et manifestation contre les centres de rétention

samedi 7 mai 2016 13:30

lieu : Centre culturel Jacques Franck
adresse : Chaussée de waterloo 94 1060 Bruxelles, Bruxelles
02 538 90 20
info@lejacquexesfranckex.be

Rassemblement devant le centre de rétention de Coquelles, en face de la Cité Europe

Le 7 mai s'inscrit dans une campagne transnationale plus large pour fermer les centres de rétention et mettre un terme aux politiques d'immigration abusives et violentes qui enferment des gens simplement car ils ont choisi ou été forcés de migrer.

Il y a déjà une longue histoire de luttes menées par les peuples enfermés dans des camps en france. Ces dernières années ont vu apparaître un fabuleux développement des mouvements de contestation à l'intérieur et à l'extérieur des centres de rétention. Le samedi 7 mai, plusieurs manifestations se tiendront simultanément en Europe (dans tout le Royaume-Uni, à Calais, à Idomeni, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique, en Islande et dans encore bien d'autre pays) pour protester contre l'existence des centres de rétention administratif et montrer notre solidarité avec les 600 000 adultes et enfants retenu-e-s chaque année pour controler les migrations et ceci contre leur volonté.

A Calais, des personnes sont emprisonnées de façon quotidienne. La répression aux frontières se traduit par des arrestations racistes dans les rues de la ville… Elle se traduit par la brutalité policière dans l'isolement des cellules et enfin elle se solde par des expulsions manu-militari vers des pays en guerre. Quand le fait de migrer est criminalisé, les prisons sont centrales dans le processus de répression aux frontières.

Au centre de rétention de Coquelles, les flics ont enfermé des personnes arrêtées dans le centre-ville de Calais, au niveau du port ou du tunnel. Ils ont été arrachés des rues alors qu'ils marchaient vers la jungle ou simplement pendant qu'ils mangeaient des frites. Certains sont relâchés après de lourdes intimidations et violences en prison, d'autres sont enfermés plus longtemps puis finissent par être expulsés.

Beaucoup de personnes déjà traumatisé par la guerre et lles persécutions le sont encore plus alors, Il y a de grandes quantités de dépressions et des tentatives de suicides. Les personnes sont retenues sans un accès adapté à un soutien légal, des services de traductions ou de soins médicaux (dans certains pays comme le royaume-uni, il n'y a pas de limites de temps).

L'incarcération fait partie intégrante de la stratégie plus large de l'Etat pour épuiser les migrants par une violence continue, et pour détruire les réseaux de soutien autonomes en séparant les migrants de leurs amis, camarades et proches.
Nous rappelons que les migrant-es sont des personnes fuyant des conditions d'existence désastreuses ou cherchent simplement à vivre une autre vie. Nous rappelons qu'au 19ème siècle des millions d'européen-es ont immigré aux quatre coins du monde, fuyant la misère du « vieux continent ». Nous rappelons que la richesse économique des pays occidentaux est aussi basée sur le pillage et l'exploitation des ressources et des populations dont sont originaires les exilé-es. Les lieux d'enfermement font partis du business sécuritaire financé par l'europe et soutenue par des entreprises nationales/multinationales qui en tire un profit faramineux.

Nous protestons en solidarité avec tous les détenus de Coquelles ou de toute autre prison. Détruisons l'isolement et les murs des prisons des frontières !
Fermons les prisons ! Ouvrons les frontières !

Amenez des banderoles, des casseroles, des poêles, des mégaphones et autant d'objets susceptibles de faire du bruit que vous pouvez (et vos amis) !

https://shutdowndetentioncentres.wordpress.com