samed 17
17:00

Rencontre avec Fatou Diome

samedi 17 octobre 2015 à 17h

Rencontre avec Fatou Diome

Rencontre avec Fatou Diome

samedi 17 octobre 2015 17:00

lieu : Pianofabriek
adresse : 35 rue du Fort, Saint-Gilles

Première rencontre de la programmation Autrices* avec Fatou Diome - "Celles qui attendent".

Le 17 octobre 2015 à 17h, Ecarlate la Compagnie et CEC vous invitent au premier rendez- vous de lancement du projet Autrices à La Bellone en présence de Fatou Diome pour découvrir "Celles qui attendent", un roman dans lequel elle aborde le thème de la migration, du point de vue de celles qui restent au pays et qui attendent un signe, des nouvelles, le retour.

17h La Bellone. Rue de Flandre 46, 1000 Bruxelles

Ce premier rendez-vous comporte une lecture-spectacle sur base des extraits du livre "Celles qui attendent", suivie d'un débat animé par Marco Martiniello en présence de Fatou Diome autour de son parcours, de l'actualité, des rapports Nord-Sud et de la thématique "Femmes et Migration".

Infos pratiques :
Samedi 17 octobre 2015 de 17h à 19h - entrée gratuite
Infos et contact : CEC - 02 217 90 71 - info@cexec-ong.org

Biographie de Fatou Diome :

Née en 1968 au Sénégal, Fatou Diome est aujourd'hui une femme de lettres franco-sénégalaise. En 2003, elle publie "Le Ventre de l'Atlantique", un 1er roman qui met en scène les rêves d'émigration des jeunes Sénégalais. Ce fut un succès. Depuis, Fatou Diome ne s'est plus arrêtée (en savoir plus sur les écrits de Fatou Diome sur http://www.littafcar.org/auteurs/2/fatou-diome)

Régulièrement invitée par les médias français, Fatou Diome a récemment dénoncé avec force l'hypocrisie européenne face à l'accueil des migrants : « Les gens, là, qui meurent sur les plages, et je mesure mes mots, si c'étaient des Blancs, la terre entière serait en train de trembler. Ce sont des Noirs et des Arabes, alors eux, quand ils meurent, ça coûte moins cher ». (https://www.youtube.com/watch?v=xIULie9dN-A)

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir