mercr 21
18:30

Le franc CFA: l'arme secrète du néocolonialisme ?

mercredi 21 novembre 2018 à 18h30

Le franc CFA: l'arme secrète du néocolonialisme ?

Conférence autour du livre de Fanny Pigeaud et Ndongo Samba Sylla

Ce mercredi 21 novembre, l'Institut Rosa Luxemburg et le groupe intal-Congo organisent une conférence qui portera sur le franc CFA. Y prendront part Ndongo Samba Sylla et Fanny Pigeaud (auteurs du livre L'Arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA) ainsi que Christian Lukenge (du groupe intal-Congo). Le débat sera modéré par Philippe Ngindu.

Créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le franc des Colonies Françaises d'Afrique devient après les indépendances le franc de la Communauté Financière Africaine en Afrique de l'Ouest et le franc de la Coopération Financière Africaine en Afrique centrale. On est alors dans un contexte de décolonisation du continent. Mais Paris entend maintenir une domination sur ces pays officiellement indépendants.

Parmi les leviers de cette domination, il y a ce franc CFA, dont les billets sont fabriqués dans le Puy-de-Dôme et les pièces dans la Gironde. Glorifié par ses partisans comme un élément de stabilité économique, il est attaqué par ses adversaires comme un symbole de servitude et comme un frein au développement. Les tentatives de dirigeants africains de sortir de cette zone CFA ont été foudroyées par des actions de sabotage économique et de déstabilisation politique. Et les illusions de changement n'ont servi qu'à maintenir cette zone et cet asservissement.

Quelle est l'histoire du franc CFA ? Le franc CFA est-il un instrument du néocolonialisme ? Qu'en est-il aujourd'hui ? Et quelles initiatives et stratégies pour en sortir ? Toutes ces questions seront abordées le 21 novembre à partir de 18h30.

Un buffet africain sera également prévu

18H30 - 19H00 : ACCUEIL

19H00-20H15 : CONFERENCE-DEBAT

20H15 - 20H45 : QUESTIONS-REPONSES

21H : CLÔTURE ET POURSUITE DE LA DISCUSSION AU BAR

Source : http://www.intal.be/fr/le-franc-cfa-larme-sec…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir