jeudi 01
19:30

Discussion - La transformation en cours à Bruxelles - Acrata

jeudi 1er décembre 2016 à 19h30

Discussion - La transformation en cours à Bruxelles - Acrata

Discussion : La transformation en cours à Bruxelles

jeudi 1er décembre 2016 19:30

lieu : Bibliothèque Acrata
adresse : Rue de la Grande Ile 32 , Bruxelles

De manière toujours plus évidente, les métropoles sont des champs de bataille. Leur configuration mêle plus ou moins intérêts et infrastructures sensibles du pouvoir en place d'une part et de possibles concurrents ou adversaires de l'autre. Il suffit de penser aux miséreux innombrables qui viennent s'entasser dans les quartiers pauvres et les ghettos métropolitains, chassés par le génocide capitaliste. Ce monde pourri continue bel et bien de produire des insatisfaits et des enragés, condamnés à une misère sans retour, prêts à s'insurger pour les raisons les plus variées. Et c'est vrai, ces indésirables ne peuvent pas rester de façon heureuse côte à côte avec tout ce qui permet techniquement la reproduction de l'existant.
À partir de là, l'exercice contemporain du pouvoir ne consiste pas à agir sur les causes et les manières d'empêcher les tensions sociales mais découle des tentatives de faire face à une situation toujours plus difficile à gérer, et d'en tirer profit. C'est sans doute dans ce cadre qu'il faut considérer le nouveau modèle de domination en train de naître, et qui vise à établir un contrôle généralisé et sans limite des individus. Aujourd'hui, chacun.e peut constater combien ce projet s'affirme dans toute sa force : multiplication d'outils de contrôle destinés à surveiller et pister les individus « inadaptés » ; omniprésence des cartes magnétiques qui permettent un fichage généralisé des achats, des déplacements, des habitudes ; restructuration du droit pour élargir le champ d'application de la législation antiterroriste ; réaménagement des espaces urbains pour les besoins policiers et de contrôle ; et j'en passe... Dans une métropole érigée toujours plus à l'image d'un camp de concentration hypertrophié.
Et comme de tels restrictions de la liberté (qui nous reste) ne peuvent être imposées et maintenues que par la force, il faut logiquement répandre l'acceptation de la violence d'Etat dans toutes les sphères de la vie sociale. C'est la déstabilisation de la société à travers la thèse de l'exception permanente qui va produire la légitimation des pouvoirs d' « urgence » et s'imposer comme la nouvelle norme sociale. À l'instar de l'après 11 septembre 2001, la récente vague d'attentats en Europe a charrié avec elle les derniers prétextes du contrôle militaro-policier en continu. En fin de compte, le déploiement de militaires dans les rues n'est que la partie immergée du processus d'inclusion de la guerre dans le quotidien.

Pour tenter de bouleverser le cours des choses, il s'agit donc bien d'attaquer cette logique d'ensemble. Pour cela, il est aussi nécessaire d'approfondir les analyses et les recherches d'informations afin de mieux connaître l'ennemi que nous voulons combattre. Comme pour faire un saut avant de passer à l'action, portés par nos idées et nos aspirations de liberté.

Divers textes sur le sujet sont d'ores et déjà disponibles au local.

++++

Discussie : Transformaties die aan de gang zijn in Brussel

Op een steeds meer duidelijke manier worden de metropolen slagvelden. Hun configuratie combineert langs de ene kant gevoelige belangen en infrastructuren van de heersende macht en langs de andere kant mogelijke tegenstanders ervan. Het volstaat om de denken aan de talloze miserabelen die zich opstapelen in de arme wijken en getto's van de grootstad, weggejaagd door de kapitalistische genocide. Deze rotte wereld blijft woedende en onvoldane mensen produceren, die zijn veroordeeld tot een miserie zonder weerga en die in staat zijn om in opstand te komen omwille van zeer gevarieerde motieven. En het is waar dat deze ongewensten niet zonder boe of ba kunnen blijven leven naast alles wat technisch gezien zorgt voor de reproductie van het bestaande.
Hieruit volgt dat de uitoefening van de macht vandaag niet is gericht op de manieren waarop sociale spanning kan worden vermeden, maar op het omgaan met een situatie die steeds moeilijker te beheren valt, en om er winst uit te halen. Het is zonder twijfel in deze context dat we het nieuwe model van de overheersing moeten zien, dat een totale en ongelimiteerde controle over de individuen probeert te installeren. Vandaag kan iedereen zien hoe dit project zich met volle kracht ontwikkelt : vermenigvuldiging van controle-instrumenten om "onaangepaste" individuen in het oog te houden ; alomtegenwoordigheid van chipkaarten die het toelaten om alle aankoopgedrag, verplaatsingen, gewoontes op te lijsten ; herstructurering van het recht om het toepassingsveld van de antiterroristische wetgeving te verbreden ; herinrichting van de stedelijke ruimte naar de noden van de politie en de controle ; enz. De metropool voldoet steeds meer aan het beeld van een concentratiekamp. En aangezien zulke inperkingen van de vrijheid (die ons rest) enkel kunnen worden opgelegd en behouden doormiddel van brute kracht, moet de acceptatie van staatsgeweld zich logischerwijs verspreiden. Het is de destabilisering van de maatschappij d.m.v. de these van de permanente uitzondering die de legitimering geeft aan de noodtoestand om zich als nieuwe sociale norm op te leggen. Net zoals na 11 september 2001, bracht de recente golf van aanslagen het perfecte excuus voor de continue militair-politionele controle. Uiteindelijk is het ontplooien van militairen op straat niets anders dan de kers op de taart van het proces van inclusie van oorlog in het dagelijks leven.
Om deze gang van zaken omver te werpen is het dus nodig om deze logica in haar geheel aan te vallen. Daarom is het ook noodzakelijk om analyses en informatieverzameling te verdiepen, om zo de vijand die we willen bestrijden beter te kennen. Om een sprong te maken alvorens tot actie over te gaan, gedragen door onze ideeën en onze aspiratie naar vrijheid.
Over dit thema zijn verscheidene teksten beschikbaar in het lokaal.

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir