jeudi 26 janvier 2017 à 17h

Cycle Migrations et Luttes Sociales

Séminaire dans le cadre du cycle "Migrations et luttes sociales"


Pauline Brücker : "Le capital militant à l'épreuve de la mobilité. La mobilisation des demandeurs d'asile soudanais en Egypte et en Israël"

  • Jeudi 26 janvier à 17h30
    UPJB
    Rue de la Victoire 61
    1060 Bruxelles

Le capital militant à l'épreuve de la mobilité. L'exemple des mobilisations des demandeurs d'asile soudanais en Egypte et Israël.

Pauline Brücker, CERI-Sciences Po & CEDEJ

Cette intervention vise à interroger un des concepts centraux dans la sociologie des mobilisations sociales, qu'est celui des ressources et de leurs mobilisations. Notre point de départ sera la notion de « capital militant ». Celle-ci suppose que le champ des mobilisations sociales est structuré par d'un côté, des acteurs dominants dotés de ressources spécifiques à l'action collective, donc d'un capital militant, et de l'autre, des acteurs dominés qui ne bénéficieraient pas d'un tel capital et dont l'entrée dans le champ serait difficile voire impensable car renversant ou n'obéissant pas aux structures de pouvoir générées par la détention d'un capital.

Cette perspective structuraliste ne donne pas à voir, et c'est précisément là, au contraire, l'ambition de cette présentation, la mobilisation comme une donnée dynamique, changeante, évolutive. La notion de capital, trop rigide, ne permet pas de comprendre comme des individus acquièrent au fil d'expériences du savoir et de la volonté militante à même d'être réutilisés dans un champ contestataire. Ainsi, nous préférons le terme de « carrière militante », qui au contraire du « capital », permet de projeter cette idée de ressources mouvantes, acquises au gré de diverses trajectoires, et investies ou non dans une action collective en fonction des personnalités et des contextes.

La mobilité est ici une caractéristique essentielle dans notre analyse. D'une part, elle est ainsi comprise comme un facteur permettant l'acquisition de ressources particulières à même d'être investies dans le champ des mobilisations par certains acteurs. Ces ressources comptent par exemple la connaissance du système juridique de l'asile international, la connaissance des acteurs en charge de la « gouvernance » de l'asile dans leur pays hôte, leurs droits en tant que demandeur d'asile, ou bien encore l'émergence d'un groupe mobilisé par une politique de la rue (ou du guichet) ou l'émergence d'une identité de demandeurs d'asile transcendant les groupes nationaux. D'autre part, la mobilité, incessante et circulaire parce qu'en partie contrainte par des politiques d'asile restrictives qui poussent les gens dans des quêtes de statut sans fin, permettrait de véhiculer d'un pays à l'autre des griefs qui s'oppose aux différentes versions - mais toutes restrictives - des politiques migratoires auxquelles ils sont soumis. Ainsi, nous nous interrogeons également sur l'aspect transnational possible (ou non) de ces luttes particulières.

A travers le cas très particulier des mobilisations des demandeurs d'asile soudanais en Egypte (sit-in dit de « Mostapha Mahmoud », septembre-décembre 2005) et en Israël (Marche for Freedom, decembre 2013 ; manifestations et grève du travail, janvier 2014) sur lesquelles nous reviendrons en de plus amples détails, notre recherche interroge la façon dont les demandeurs d'asile se mobilisent en vue d'obtenir un statut, dans des contextes souvent marginalisés par la sociologie des mouvements sociaux. Cela s'explique en partie par l'invisibilité de ces luttes et par leurs rares « victoires ». Les demandeurs d'asile sont souvent assimilés à des populations précaires, dépourvues des ressources supposées nécessaires à la mobilisation. Or, notre recherche, par l'originalité de sa configuration, c'est à dire suivant un groupe ayant demandé l'asile en Egypte et/ou en Israël, se mobilisant dans un premier temps en Egypte et dans un deuxième en Israël, permet de s'interroger à travers un terrain empirique original, sur la place que joue la mobilité dans la socialisation des individus et dans leur dotation en ressource. Cela permet de montrer que la migration est un processus dynamique qui affecte nécessairement les individus qui se déplacent. Ainsi, nous espérons apporter une pierre empirique à un courant académique en plein essor qui cherche à montrer que la migration est une entreprise profondément sociale et socialisante. En ce sens, son impact sur les individus et à fortiori celui sur leurs mobilisations, est un enjeu tout à fait crucial pour la sociologie des mobilisations comme pour celle des migrations.

L'intervention de Pauline Brucker sera discutée par Nathalie Jeanne d'Othée (Chargée de recherche sur l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient au CNCD - 11.11.11.), avant d'ouvrir la discussion avec la salle.

Cycle Migrations et Luttes Sociales (2016-17)

Huit rencontres autour des luttes de migrants en Belgique et ailleurs

https://migrationsetluttessociales.wordpress.com/2016/10/09/programme-cycle-seminaires-mls-2016-17/

Programme 2016-17

3 novembre 2016 17h-19h - André Réa (ULB) et Marco Martiniello (ULg) - Retour sur le livre Histoires sans-papiers (2002) - Bruxelles Laïque (18-20 avenue de Stalingrad, 1000 BXL)

24 novembre 2016 17h-19h - Jérémy Piolat (UCL) - Souffrir, duper, faire société. Stratégies et ruses de migrants en situations d'inhospitalités - Pianofabriek (35 rue du fort, 1060 Saint-Gilles)

26 janvier 2017 (!!!17h30 - 19h30 !!!) - Pauline Brücker (SciencePo Paris) - Le capital militant à l'épreuve de la mobilité. Les mobilisations de demandeurs d'asile soudanais en Egypte et en Israël - UPJB (61 rue de la victoire, 1060 Saint-Gilles)

23 février 2017 17h-19h - Thomas Swerts (UAntwerp) - Chasing the DREAM: The undocumented youth movement in the United State - Het Anker (25, rue Marcq, 1000 BXL)

23 mars 2017 17h-19h - Anaïs Carton (MLS) - La kafala au Liban. Exploration d'une pratique aux frontières de la légalité et des formes de résistance de travailleurs domestiques migrants - Le Space (26, rue de la clef, 1000 Bruxelles)

27 avril 2017 17h-19h - Louise Tassin (Paris Diderot) - Les politiques d'expulsion en pratique(s) : protestation et répression dans un centre de rétention français - Espace 16 Arts (16, rue Rossini, 1070 Anderlecht)

4 mai 2017 17h-19h - Abdelhak Ziani (Samenlevingabouw) - Sans-papiérisme et citoyennisme - CBAI (24, avenue Stalingrad, 1000 BXL)